Les travaux de gros œuvre en maçonnerie

La maçonnerie englobe une grande diversité de travaux de construction. Ces derniers peuvent concerner tout aussi bien l’extérieur que l’intérieur d’un bâtiment. D’un autre point de vue, on peut regrouper ces travaux en deux grandes catégories : il y a les travaux de gros œuvres et les travaux de second œuvre ou finitions. Dans cet article, intéressons-nous davantage sur la première catégorie concernant les travaux de maçonnerie de grande envergure.

Le gros œuvre : c’est quoi ?

Cela désigne l’ensemble des ouvrages ayant pour but d’ériger, de maintenir, d’élever, de solidifier et de stabiliser une construction. Il s’agit, entre autres, des travaux permettant de construire les parties fondamentales d’un bâtiment lesquelles garantissent sa durée de vie et sa résistance aux intempéries.

Ce sont les tâches les plus rudes, mais aussi les plus délicates en maçonnerie nécessitant l’intervention d’un professionnel comme cet artisan macon expérimenté qui se trouve dans le 76. Le recours à ces professionnels est largement sollicité, car ce sont ces personnes qui vont être en charge de la constitution de l’ossature de votre maison. Donc, n’hésitez surtout pas à faire appel à leurs services pour vous éviter de nombreux soucis à court terme faute de mal exécution des travaux.

Quels sont ces travaux de gros œuvres ?

D’abord, il y a les travaux de maçonnerie lors d’une construction neuve. Cela fait mention des différentes tâches dont se charge le maçon lorsqu’il érige un tout nouveau bâtiment (maison, habitation de jardin, chalet ..). Il s’agit de la mise en place des fondations, de l’édification des façades,  murs porteurs, de la construction de la charpente et pose de toiture, etc. Tout un ensemble de travaux constituant les bases, « le squelette » du bâtiment. Pour ces différents ouvrages, on fait usage de divers matériaux dont, la brique, la pierre, le bois, le béton et surtout le parpaing. Pour la mise en œuvre des fondations, par exemple, le coulage de dalles de béton ainsi que l’emploi de pierre garantissent une solidité et une durabilité exceptionnelles à la construction. Quant à l’élévation des murs porteurs, le parpaing comme la brique sont des matériaux généralement utilisés, collés entre eux par des joints de mortier. Par ailleurs, les travaux de toiture représentent également une grande partie du chantier. La charpente classique est faite en bois et pour ce qui est de la couverture, la gamme de choix de matériaux possible est très large (tôle, asphalte, bois, tuiles, ardoises…).

En second lieu, on a les travaux d’extension d’un bâtiment. Dans ce deuxième cas, il ne s’agit plus d’ériger une maison depuis les fondations, il est question de faire gagner à celle-ci beaucoup plus d’espace, sans la démolir complètement. Il existe deux possibilités d’extension : soit on procède à une surélévation de la maison, soit on opte pour l’extension du plain-pied. Pour la première option, le principe est d’ajouter un ou plusieurs étages supplémentaires au bâtiment sans avoir à empiéter sur l’emplacement du jardin. Pour ce faire, il faut d’abord décoller le toit et démonter la charpente, puis procéder à la surélévation des murs pour enfin remettre en place les éléments de toiture. Attention, le nombre d’étages doit correspondre à la solidité des fondations ; autrement le tout risquera de s’écrouler ! Dans le second cas, il s’agit d’élargir la surface de la maison en empiétant quelques mètres carrés du jardin. Cela fera gagner plus d’espace à votre salon, ou votre cuisine ou encore vous disposera d’une jolie véranda.

Carole Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *