Emile Ouosso parle des tribus d'Afrique Centrale

Emile Ouosso parle des tribus d’Afrique Centrale

Le continent africain est habité par une variété de tribus africaines qui en font sa fierté. De l’Afrique du nord à l’Afrique centrale, en passant par le Subsaharienne, diverses tribus cohabitent au quotidien. Cette diversité culturelle a toujours intéressé les chercheurs. Le congolais Emile Ouosso présente les différentes tribus de l’Afrique centrale.

Les Pygmées : un peuple nomade d’Afrique

Les Pygmées sont des hommes de petite taille. C’est une population très ancienne qu’on retrouve encore aujourd’hui au Cameroun, au Congo, au Gabon… Bien qu’ils aient une taille inférieure à 1, 50 mètres, les Pygmées sont dotés d’impressionnantes qualités humaines.

Ces peuples d’Afrique sont des autochtones principalement des nomades. Ils se déplacent et vivent donc dans des campements temporaires qu’ils prennent le soin de concevoir. Pour rappel, ces campements sont faits de feuilles d’amarantacées et de terre.

Très sociables, les Pygmées vivent principalement de la cueillette, de la chasse et de l’agriculture. « Par ailleurs, ces peuples de l’Afrique centrale entretiennent de très bons rapports avec leur environnement » dit Emile Ouosso. Amateurs du beau paysage, ceux-ci ont de très grandes connaissances en matière de médecine traditionnelle.

Les Pygmées d’Afrique centrale

Divisés en plusieurs ensembles, les Pygmées d’Afrique centrale parlent plusieurs langues qui sont entre autres le baka ou l’Aka. Des langues qui se confondent parfois avec celles parlées dans leur entourage.

Excellents musiciens, les Pygmées chantent toujours durant l’exécution de leurs différentes tâches quotidiennes. Des mélodies traditionnelles et uniques qui sont rythmées par les sons des instruments de musiques qui sont faits par ce peuple très atypique.

Tristement, Emile Ouosso rappelle que menacés par la déforestation, ces peuples sont peu à peu en train de quitter leur habitat naturel pour de grandes villes.

La tribu Douala: attachée à la culture et au commerce

Aujourd’hui, il est presque impossible de parler des tribus de l’Afrique centrale, sans évoquer celle des Doualas. En effet, les noms comme Douala Manga Bell et Issac Mouné Etia ne peuvent être oubliés. Présent dans une ville du Cameroun qui porte le même nom, l’origine du peuple Douala remonte au IVe siècle. Plusieurs sources s’accordent à dire que l’ancêtre des Douala était Makota. Ces mêmes sources affirment également que les Doualas ont migré de l’Égypte.

Pour ce qui est des activités génératrices de revenus, les hommes Doualas s’adonnent à la pêche et au commerce. Des activités qu’ils réussissent très bien à mener dans une bonne ambiance, car ils sont d’excellents chanteurs. Les Doualas font en effet partie des peuples Sawa et parlent le bantou et le douala.

« Robustes et intelligents, les Doualas ont la capacité de vivre dans n’importe quel environnement » dit Ouosso Emile. Par ailleurs, il faut le dire, la tribu est très rattachée à sa culture. Pour éviter que celle-ci ne disparaisse, elle n’hésite donc pas à créer des événements à caractère culturel.

Les Azandé du Tchad présentés par Emile Ouosso

Outre les Pygmées, vous pouvez aussi rencontrer en Afrique centrale les Azandé. L’ethnie Azandé qui compte aujourd’hui près de 4 millions d’hommes est originaire du Tchad. Comme les tribus précédentes, la population Azandé est répartie dans la plupart des pays d’Afrique centrale. Vous pouvez ainsi retrouver les Azandé au Cameroun, en République du Congo dit Emile Ouosso.

Dotée d’incroyables capacités d’adaptations, cette ethnie a une histoire très mémorable. En effet, au XIXe siècle, les Azandé, dirigés par leur chef, étaient de véritables guerriers. Ils ont d’ailleurs acquis une partie de leur richesse en chassant de leur territoire de nombreux peuples de cette sous-région. Pour ce faire, les chefs guerriers Azandé n’hésitaient pas à échanger des esclaves et de l’ivoire contre les armes à feu et autres outils de guerre.

D’une taille moyenne, les hommes de la tribu Azandé sont d’excellents guerriers, chasseurs et agriculteurs. En plus, dotés d’un impressionnant physique, ceux-ci savent s’adapter à leur environnement. C’est d’ailleurs cette caractéristique qui a permis aux hommes de cette tribu de s’adapter aux cultures modernes.

Pour ce qui est de leur habitude alimentaire, les hommes Azandé aiment consommer des mets locaux comme la plupart de ceux qui sont présents en Afrique centrale. Fruits, légumes, viande de brousse, etc., constituent souvent leur menu.

Carole Auteur