Quels sont les principaux inconvénients d’une toiture en tôle ondulée ?

De nos jours, on peut nettement constater que l’image d’un toit en métal ne se limite plus simplement à celle d’une usine ou d’un garage. En effet, ce type de toiture se voit actuellement sur une grande majorité de maisons, que ce soit en ville ou même à la campagne. Cela est, en partie, dû à la diversification des couleurs et modèles de tôle proposés sur le marché. Aussi, l’on peut très clairement noter la résistance et solidité de ce matériau : un critère très important en matière de couverture. Cependant, bien que l’option d’une toiture en tôle ondulée pour sa demeure soit très tendance et attrayante, il y a certains désavantages qu’il faut quand même prendre en compte. Voyons-les ci-après.

Les problèmes d’isolation : thermique et acoustique

Tout d’abord, la tôle ondulée est fabriquée en zinc ou en acier et se présente sous l’aspect de feuilles de métal galvanisées. Or, il est fort connu que le métal est un matériau très bruyant. Ainsi, le moindre choc peut engendrer un véritable inconfort sonore. D’ailleurs, c’est précisément l’une des raisons pour lesquelles ce type de toiture est préférable pour les usines et bâtiments annexes que pour les maisons habitables. En effet, l’on peut imaginer le désagrément acoustique que l’abattement de la pluie ou la grêle sur un toit métallique peut engendrer à l’intérieur d’un foyer. Cependant, il existe une solution pour pallier à cet inconvénient. Il s’agit de mettre au point un système d’isolation acoustique efficace. Pour ce faire, il est toujours conseillé de contacter un professionnel expérimenté comme ce couvreur dans le 95 plutôt que de s’en charger soi-même.

De plus, il n’y a pas que le bruit qui gêne avec le toit en tôle ondulée, c’est aussi un très mauvais isolant thermique. Ce matériau est très vulnérable aux chocs thermiques et est responsable d’importantes déperditions de chaleur. Or, ces dernières seront à l’origine d’une augmentation des besoins en chauffage, et par conséquent, de l’accentuation des dépenses énergétiques dans la maison.

La faible résistance au vent violent

En second lieu, bien que la tôle soit faite de matériau solide et robuste, elle résiste peu aux vents et rafales. Compte tenu de sa forme (ondulée) et d’un possible défaut d’ancrage, elle peut être facilement arrachée et transportée par le vent, surtout lors d’un cyclone. De ce fait, il est très peu conseillé d’opter pour un toit en tôle ondulée dans les régions fréquemment exposées à des vents violents et de fortes tempêtes.

Le manque d’esthétisme

Ensuite, le côté esthétique d’une toiture métallique laisse à désirer. Certes, c’est une version très moderne de couverture. Cependant, si c’est du charme et de l’originalité que vous recherchez dans une toiture, alors la tôle ondulée n’est pas celle qu’il vous faut. Même si différents modèles de tôle sont actuellement disponibles sous divers coloris sur le marché, le rendu de ce type de toit sur une maison reste tout de même assez monotone. Mais pour contourner ce problème de goût, il est possible de recourir à la compétence d’un artisan-couvreur accompagné ou non d’un architecte paysagiste. Ces professionnels sauront concilier le style contemporain de la tôle au décor adapté à votre maison.

Le risque de corrosion et de détérioration précoce de la tôle

En dernier lieu, comme tous métaux, la tôle peut être sujette à la corrosion. La bonne nouvelle est que la galvanisation et la peinture du métal permettent de ralentir, voire d’éviter ce phénomène. Par contre, il y a certains facteurs qui favorisent cette altération, notamment les conditions environnementales, les fluides et les gaz. Voilà pourquoi, ce n’est pas conseillé d’opter pour un toit métallique dans les régions à proximité de l’océan, car le sel de mer est un agent corrosif.

Carole Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *