escalier extérieur

Escaliers extérieurs pour les maisons

Les marches extérieures en bois peuvent sembler un peu bancales ou élastiques, surtout lorsqu’elles s’élargissent. Nous passons en revue les règles de conception et proposons quelques idées pour construire des escaliers solides. Les escaliers extérieurs situés sur le chemin d’accès à une maison peuvent donner accès à une terrasse ou à un terrain en pente.

La conception commence par le type d’escalier

La conception des escaliers extérieurs doit commencer par la détermination de la classification. La norme D1/AS1 classe les escaliers comme accessibles, communs ou privés selon leur utilisation. Un escalier commun peut être utilisé par le public de plein droit ou non. Lorsqu’un escalier extérieur fait partie de la voie d’accès principale à la maison, il doit être classé comme un escalier commun. Sinon, il peut s’agir d’un escalier principal privé, c’est-à-dire utilisé par une seule unité du ménage. Les escaliers communs et les principaux escaliers privés ont les mêmes exigences de conception.

Définir les limites de la conception

L’étape suivante consiste à déterminer les limites de conception – le pas, la hauteur des contremarches et la profondeur des marches (voir figure 1). Ces limites sont indiquées dans le tableau 6 de la norme D1/AS1. Pour les escaliers communs et les principaux escaliers privés, les dimensions autorisées dans D1/AS1 sont les suivantes :

  • Pas maximum – 37°.
  • hauteur maximale des contremarches – 190 mm
  • profondeur de marche minimale – 280 mm.

Lorsque différentes configurations de marche, de contremarche et de ligne de pente sont nécessaires, elles peuvent être calculées à partir de la figure 11 de D1/AS1.

Exigences en matière de marche et d’élévation

Toutes les marches d’une volée doivent être uniformes avec les mêmes dimensions et ne pas varier de plus de 5 mm. L’uniformité est mesurée au centre des volées d’escalier droites et à la ligne de pente pour les escaliers courbes. Toutes les marches d’un escalier doivent avoir une surface plane et une résistance au glissement humide et sec – mesurée par le coefficient de frottement – conformément au tableau 2 de la norme D1/AS1.

Les contremarches ouvertes sont autorisées dans les escaliers communs et privés, mais l’espace libre entre les marches ne doit pas permettre le passage d’une sphère de 100 mm de diamètre, et le bord avant des marches doit être d’une couleur contrastante.

Le bord avant des marches d’un escalier fermé peut affleurer ou dépasser de 25 mm au maximum la face de la contremarche inférieure. Pour un escalier ouvert, le bord d’attaque doit dépasser d’au moins 15 mm la marche inférieure, jusqu’à un maximum de 25 mm. Pour les deux types d’escaliers, la saillie est considérée comme faisant partie de la profondeur totale des marches.

Bien qu’il ne soit pas requis par la norme D1/AS1, BRANZ le recommande également :

  • de maintenir une vue dégagée sur toute la volée d’escalier
  • éviter les obstacles et les tournants ou les virages serrés lorsque cela est possible
  • limiter à 17 le nombre d’élévateurs dans un seul vol.

Largeur des escaliers et des paliers

Un escalier commun doit avoir une largeur minimale de 900 mm entre les mains courantes. Bien qu’il n’y ait pas de largeur minimale spécifiée pour les autres escaliers dans les unités de logement, la norme D1/AS1 recommande une largeur minimale pratique de 850 mm. Des paliers sont requis en haut et en bas de toutes les volées d’escaliers et partout où une porte donne directement sur un escalier. La seule exception est lorsque la hauteur de la volée est inférieure à 600 mm et qu’aucune porte ne s’ouvre sur les marches. Les paliers doivent avoir au moins la même largeur que l’escalier et une longueur minimale de 900 mm.

Vous cherchez quel revêtement pour un escalier extérieur ? Rendez-vous sur ce lien.

Carole Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *